Famille franciscaine de l'Est Francilien

> Vie Franciscaine

 

 

 

 





> Pour vous qui est François aujourd’hui ?

Pour moi François est un homme au visage multiple, qui parle encore à tous aujourd’hui. Sa personnalité bien sûr ne saurait se résumer aux trois mots qui me viennent à l’esprit : singularité, altérité et fraternité.
Déjà très jeune, il me semble qu’il y a chez lui une provocation, une envie d’héroïsme, mais ce qui me touche c’est sa fracture et sa fragilité qui selon moi sont l’amorce de sa rencontre avec le Christ.
Son non conformisme pourrait être l’empreinte de l’orgueil mais je ne le perçois pas ainsi chez François ; je pense plutôt à un décalage, une volonté de se décentrer d’une société « déjà » très individualiste. Sa vision est plus large et le porte au-delà de son univers.

Ce qui m’interpelle chez François ce n’est pas tant cette singularité si désirée dans sa jeunesse et qui s’est finalement imposée à lui de toute évidence lors de sa rencontre avec le Christ, mais c’est sa trajectoire inattendue et non–rectiligne : un poverello aux yeux des hommes qui s’est affranchi de la loi des hommes pour mieux s’accomplir dans le Christ.

S’il recherche l’altérité et l’unité, il le fait en humanité. Sans elles pas de proximité avec l’autre et avec le Tout Autre. S’il est pour beaucoup l’ambassadeur de la paix et de la fraternité, ce qui me bouleverse avant tout c’est qu’il le soit avec pour seul bagage l’aridité de son quotidien qu’il appelle « sa Joie Parfaite ».

On dit de François qu’il est un des premiers écologistes. Je le vois plutôt comme un homme libre, un homme qui observe avec amour ce qui l’environne, un homme éclairé, non égocentré, un homme qui se tourne vers toute chose avec une confiance absolue en Dieu. Il a pleine conscience que l’homme dans sa grandeur et sa fragilité fait partie de ce Tout. On pourrait penser qu’il ramène toute chose à l’homme mais je pense que pour lui chaque chose est à sa juste place dans l’univers – l’homme y compris - et cela en accord avec sa foi en Dieu. Il respire la Création plus qu’il ne la glorifie. Son cantique des créatures empreint de poésie illustre d’ailleurs très bien entre autres sa compréhension et son respect de l’écosystème avant l’heure.

Voilà ce que je retiens aujourd’hui de cet homme presque notre contemporain. Il est pour moi un homme singulier, altruiste, fraternel, libre… et bien plus que cela … un homme « universel » dont les harmoniques résonnent aujourd’hui encore pour tous.

Alice Bernardet, proche de la famille Franciscaine.

AccueilArchives Contact
Site réalisé par Mirage